PRISE DE TÊTE : « chaque fois » ou « à chaque fois » ?

P

Il arrive que le correcteur s’arrête sur une phrase déjà lue plusieurs fois sans ciller et qu’un doute puissant s’installe d’un coup dans son esprit. Une question anodine qu’il ne peut pas mettre de côté, qu’il a l’obligation de cerner et de résoudre. De corriger si nécessaire.

La prise de tête orthographique du jour est celle-ci : doit-on dire « Chaque fois » ou « à chaque fois » ?

La règle : « chaque fois » ou « à chaque fois » ?

En l’occurrence, la phrase qui m’était soumise était celle-ci : « C’est elle qui terminait en premier à chaque fois »… Fallait-il que je raye le « à » pour que la phrase donne « c’est elle qui terminait en premier chaque fois » ? Les deux phrases me paraissant acceptables, j’ai effectué des recherches. Et voici ce qu’elles donnent…

  • Pour le Grevisse, « à chaque fois » est la forme la plus littéraire, tandis que « chaque fois » serait la forme courante. Ils donnent d’ailleurs plusieurs exemples d’emploi des deux tournures par plusieurs écrivains très connus… dont Victor Hugo, cité pour les deux utilisations (ce qui est rassurant… ou pas !).
  • Pour d’autres dictionnaires ou sources sur internet, l’ajout du « à » sous-tend un style plus familier, moins correct.
  • Quant à l’Académie française, « Chaque fois et chaque fois que peuvent être remplacés par à chaque fois ou à chaque fois que. Cela n’est ni obligatoire, ni interdit. »

Tout ceci nous indique que l’on peut utiliser chaque fois l’une ou l’autre tournure en fonction de la sonorité et du rythme de la phrase, quitte à vérifier, à chaque fois et en fonction de sa position dans ladite phrase, que l’on continue de ne commettre aucune faute. Car les deux tournures ne s’utilisent pas tout à fait de manière identique…

Exemples de différences entre « chaque fois » et « à chaque fois »

Voici quelques exemples qui démontrent que les deux emplois ne sont pas égaux, qu’ils impliquent des différences de construction, de ponctuation ou de grammaire :

  • Privilégier « il le fait à chaque fois » plutôt que « il le fait chaque fois ». Mais écrire « il le fait chaque fois qu’il est là » plutôt que « il le fait à chaque fois qu’il est là », qui va paraître plus lourd (la préposition est de trop).
  • En début de phrase, la préposition est le plus souvent à éliminer : « chaque fois c’est pareil » ou « chaque fois qu’il vient, ça dégénère ». Mais l’emploi de la préposition peut marquer une insistance utile : « à chaque fois, il nous faisait le même coup ».
  • La position en début ou en fin de phrase est déterminante : « Chaque fois, il fait le clown » / « Il fait le clown à chaque fois ».
  • Lu dans En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut (Éditions Finitude, 2015), page 21 : « Et comme à chaque fois, ce n’était qu’après avoir terminé qu’elle redevenait guillerette ». Où l’on vérifie que l’ajout de la préposition est, ici, indispensable.

Alors cette “prise de tête” de correcteur ?

Bon, nous ne sommes pas beaucoup plus avancé à la fin de cet article ! 🙂
On peut retenir néanmoins que, dans la plupart des cas, on ne pourra reprocher ni à l’auteur du texte ni à son correcteur d’avoir utilisé l’une ou l’autre tournure. Le correcteur pourra indiquer qu’il trouve plus correcte l’une ou l’autre dans un texte qui lui aura été soumis, mais, in fine, ce sera à l’auteur de choisir ce qui lui convient le mieux en termes de sonorité, de rythme ou de contexte.

À propos de l'auteur

Pierre-Jean Verhoye

Ajouter un commentaire

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Catégories

Méta