L’écriture des nombres : en chiffres ou en lettres ?

L

Pour un éditeur comme pour un lecteur professionnel, rien n’est plus énervant de lire dans un texte « le voyage dura plus de 3 heures », ou « il approchait des 50 ans », ou encore « il habite au sept rue des Dames »… Par contre, le correcteur, lui, se régalera de votre manuscrit !

L’écriture des nombres (principalement en lettres – en chiffres arabes – en chiffres romains) suit quelques règles qui sont, pour une fois et pourvu qu’on s’y penche quelques minutes, assez simples et rapides à retenir.

Les nombres à écrire en chiffres arabes

Le plus simple est de mémoriser tous ces cas où l’utilisation des chiffres arabes est obligatoire dans un texte littéraire :

  • les nombres signifiant une quantité : après avoir bu une bouteille de vin à 10°, Jacques a enfourché son vélo – celui qu’il a payé 70 euros et qui pèse moins de 5 kg – pour pédaler sur plus de 50 bornes, jusqu’à Bourgneuf, un village d’à peine 4 500 âmes ;
  • les pourcentages et les statistiques : sa popularité est retombée sous la barre des 40 % (espace insécable obligatoire devant le %) – 3 électeurs sur 4 ont voté pour lui ;
  • la température : qu’elle soit intérieure ou extérieure, elle s’écrit en chiffres arabes, avec le signe ° (cf. le très bon roman 37.2° le matin de Philippe Djian). Il en va de même pour les coordonnées de longitude, latitude, et d’angles (« à 360° ») ;
  • les dates : on écrira toujours « ça s’est passé le 14 juillet 1789 ». De la même manière, on écrira « les années 1960 » ;
  • les numéros de rue ;
  • ainsi que d’autres cas que l’on ne rencontre pas souvent : les catégories et classes administratives, les numéros de corps d’armée (brigades, escadrons, divisions, etc.), les horaires de transport (mon avion décolle à 14 : 17 – mon train arrive à 07 h 30).

Les nombres à écrire en chiffres romains

Ils sont, en général, bien maîtrisés par tous : il s’agit des siècles, des millénaires, des ans révolutionnaires, les numéros dynastiques des rois et reines, les numéros des régimes politiques (IIIe République), des dynasties, et même des salons (le XXe Salon de l’agriculture) ou des manifestations sportives (les XXIes Jeux olympiques).

Les nombres à écrire en lettres

Inutile de faire une liste précise de ces cas : elle serait interminable et fastidieuse…

Un petit mot néanmoins sur les âges de vos personnages : dans un texte littéraire, ces âges sont à écrire en toutes lettres, mais l’usage se répand de plus en plus de les écrire en chiffres, comme c’est le cas dans la presse. Il n’est pas rare, en outre, de lire dans des romans des assemblages du type « entre 30 et 36 ans »…

En fait, il faut garder en tête le fait que toutes ces règles existent pour garantir la meilleure lisibilité du texte. C’est pour cela que certains considèrent que, dans de nombreux cas où les chiffres arabes sont à proscrire, ils peuvent convenir là où le chiffre utilisé est composé (exemples : 26, 37, 79, 94… et tous les chiffres au-dessus de 100). Dans tous les cas et dans le doute, écrivez-les en toutes lettres… Et puis surtout : de la constance ! Il n’est rien de pire pour un relecteur professionnel de lire un âge en toutes lettres, puis un autre en chiffres arabes…

Voilà pour les règles sommaires, à retenir par tout apprenti écrivain. Après, les correctrices et correcteurs se doivent de mémoriser de nombreuses exceptions et règles particulières… Pour conclure et si vous souhaitez en savoir plus sur celles-ci, voici un lien intéressant :


À propos de l'auteur

Pierre-Jean Verhoye

Ajouter un commentaire

Articles récents

Commentaires récents

Archives

Catégories

Méta